Dernières nouvelles de La Capucine : Ils ont pris leur envol et bientôt leur autonomie totale

« Tsi, Tsi, Tsi, » voilà bien un petit cri révélateur !
Sous le grand tilleul de La Capucine Giverny, en train de siroter tranquillement une bonne grenadine et surveiller du coin de l’œil l’eau fraîche de Monsieur le chien pendant que ses maîtres papotent et se désaltèrent aussi, ce petit cri me réveille soudain. Ne serait-ce pas une maman mésange qui apprend à ses petits à s’envoler ? La saison s’y prête, nous sommes au mois de juillet.
Tsi, Tsi, Tsi, voici notre maman mésange atterrit sur le plancher de la terrasse côté tilleul. Bien patiente cette maman qui s’égosille à tout va pour persuader ses oisillons de se lancer du tilleul vers la terrasse. Le premier arrive, tout incertain, puis le second, puis un troisième, suivi d’un quatrième. Ainsi ces oisillons sont quatre.
Même trafic accompagné de Tsi, Tsi, Tsi strident pour s’envoler de nouveau vers le haut tilleul. Toute l’après midi maman et petits se sont appris à voleter sur la terrasse, picorer toutes les miettes du crumble de Christian, le chef cuistot, et s’envoler de nouveau vers le tilleul.
Sans être à la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux), il est bien agréable de voir que le  jardin de La Capucine est habité joyeusement par tout ce petit univers animal. Il faudra pour cet hiver installer quelques nichoirs et boules de graisse.
Le soir venu, le jardin étale sa sérénité, la lumière est sublime, les derniers visiteurs bavardent agréablement. Fond de tablier bien étalé, c’est l’heure du nettoyage des plantes. Elles sont vraiment comme nous, ces plantes, de grandes assoiffées quand la chaleur a régné tout l’après-midi.
Tsi, Tsi, Tsi, cette fois ci le cri vient du pommier centenaire sous lequel je suis assise. Maman mésange atterrit à mes pieds, s’égosille et j’ai toujours les quatre petits qui arrivent l’un derrière l’autre à sa suite. Tsi, Tsi, Tsi, tout le monde repart du poirier, puis de mes pieds pour s’envoler vers le tilleul. Cette fois ci la distance de vol est plus grande que celle de la terrasse au tilleul. Diable ! ils apprennent vite ces petits ! Aller- retours incessants jusqu’à tard dans la soirée. Le nid a bien l’air d’être dans le tilleul. Le spectacle est terminé.
Quelques jours plus tard, petite boîte de miettes dans ma poche, je suis toujours visitée par cette petite bande dès que je m’assieds pour nettoyer les plantes. Même pas le temps de les apprivoiser tant il faut s’occuper de toutes ces belles à toiletter. C’est donc la tribu des mésanges qui m’a adoptée. Mais quand dans la fraîcheur du soir, à proximité de mon poste de nettoyage, les lapins de La Capucine en balade cabriolent avec sauts avant et arrière et grande toilette du museau installés sur leurs pattes de derrière, plus de mésanges à l’horizon. Elles nous boudent ! ou sont parties conquérir un autre territoire non identifié.
Quinze jours plus tard, et bien ! ça y est !  maman et oisillons se promènent seuls dans tout le jardin maintenant. Impossible de distinguer les petits. Sauf un qui a une certaine prédilection pour les lauriers roses de l’entrée. Lauriers roses qui les attirent vous dis-je ! Bernique ! Ce sont les miettes dans les lauriers, au pied de la terrasse, à l’entrée du café botanique, mais surtout quelques pops cornes égarés de la petite structure mobile, décor art forain, de Philippe imbattable sur la vie du cirque et sur les jeunes musiciens qu’il aide à produire.
Il ne me reste donc plus qu’à vérifier que l’année prochaine nous aurons d’autres couples de jolies mésanges bleues. Quel joli paradis quand même un jardin, aussi petit soit-il ! où l’on puisse se reposer  comme chez soi tout en dégustant quelques bonnes cassolettes et bons sandwichs sans oublier le cidre et les jus de fruits locaux, ou un thé et un café aux arômes subtils ! Les mésanges, c’est sûr, apprécient aussi.
Mamy Françoise

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • TripAdvisor
    Publier un avis sur La Capucine Giverny
  • L’Agenda des soirées