À Giverny, La Capucine, c’est comme à la maison !

À Giverny, La Capucine, c’est comme à la maison !

Il faut s’assurer  que tout le monde est bien réveillé, que les tâches de mise en route du matin sont bien faites, que les plus grognons retrouvent le sourire, que le ménage est bien fait, que les pommes pourries des pommiers sont bien ramassées, que tables, chaises, parasols et poubelles sont en bon ordre, que le jardin est bien arrosé dans la fraîcheur du matin, que les lapins sont lâchés pour entreprendre des petites ballades au milieu des enfants, et rentrés pour ne pas être croqués par les renards, que poules et canards en robe de mousse piquetée de petites plantes grasses sont déjà en action figée, que la suspension de « pommes à mûrir » se balance bien sous le pommier et mette si joliment en valeur les pétillantes tables rouges, que le « farfouillis » de grand mère au fond du jardin, baptisé brocante, soit bien aéré et que, comme au théâtre, le « couinement » de la grille de nos bons vieux chemins de fer joue bien les 3 coups de ce nouveau « théâtre d’une nouvelle gourmandise visuelle et culinaire »  pour l’ouverture journalière de ce nouveau lieu baptisé « La Capucine Giverny ».
Tout le monde est alors bien propré et joliment vêtu parfois de tabliers. Les tâches, il faut le dire, peuvent être salissantes. Mais le tablier de Grand-mère n’est vraiment pas le même, « torchonné à souhait ».
Ce tablier, à l’image de ceux d’antan, a bien de multiples fonctions, il abrite :
  1. le sécateur pour tailler roses et fleurs de vivaces fanées
  2. les ciseaux pour nettoyer les aromatiques et les bords à rendre nets du gazon
  3. les étiquettes pour remplacer celles déplacées par les visiteurs curieux de tout
  4. les marqueurs pour les dernières petites consignes à mettre en place ou les inscriptions diverses et variées comme l’annonce « les lapins sont en promenade » tant ils sont réclamés
  5. le petit torchon sec et humide pour nettoyer les tables oubliées
  6. les morceaux de sucre abandonnés
  7. les brins de sarriette, persil, thym chevelu et autres restant du toilettage des godets
  8. les feuilles de papier et les crayons de couleur pour les enfants fatigués qui font halte à La Capucine
  9. les épingles à linge pour attacher les dessins des enfants sur le fil à  linge
  10. les cartes de visite des uns et des autres à transmettre, envoyer, diffuser…
  11. la jolie petite plume trouvée de la maman mésange de La Capucine surveillant l’envol de ses quatre moinillons
  12. les méchants bouts de papiers dispersés sur le gravier… et surtout Pissenlit, l’un des deux bébés de la maman lapine, en situation d’apprivoisement pour apprendre aux enfants à ne pas avoir peur des animaux. 
Attention ! toujours prévoir le bord de la poche du tablier très solide, car jusqu’à maintenant, la seule façon pour un petit lapinos d’exprimer son ras-le-bol est d’attaquer fermement la poche kangourou dans laquelle il est afin de se sauver promptement dans ce si joli jardin de La Capucine Giverny.
Mamy Françoise

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • TripAdvisor
    Publier un avis sur La Capucine Giverny
  • L’Agenda des soirées